Charte de confidentialité


reCAPTCHA

Nous utilisons le service reCAPTCHA de Google Inc. (Google) pour protéger les entrées des formulaires sur votre site. Ce service est utilisé pour différencier les entrées faites par un être humain des abus automatisés. Cela implique l'envoi de l'adresse IP et éventuellement d'autres données requises par Google pour le service reCAPTCHA. À cette fin, vos données seront communiquées à Google et utilisées par leurs services. Toutefois, votre adresse IP sera préalablement raccourcie par Google dans les États membres de l'Union européenne - ou dans d'autres États qui font partie de l'accord sur l'Espace économique européen - et sera ainsi anonyme. Dans certains cas exceptionnels, votre adresse IP complète sera transmise à un serveur de Google aux États-Unis et raccourcie ensuite. Au nom de l'exploitant de ce site web, Google utilisera ces informations pour évaluer votre utilisation de ce service. L'adresse IP fournie par reCAPTCHA par votre navigateur ne sera pas fusionnée avec d'autres données de Google. Cette collection des données est sujette à la Charte de confidentialité de Google. Pour plus d'informations concernant la politique de confidentialité de Google, rendez-vous sur la page : https://www.google.com/intl/fr/policies/privacy/
En utilisant le service reCAPTCHA, vous consentez au traitement des données vous concernant par Google, de la manière et aux fins énoncées ci-dessus.


Décès de

Jacques

VILLAIN le

15-9-2016

 

 

 

 

 

 

Né le 18 septembre 1947 à Coutances  (Manche), il entre à l’école technique de la Marine de Cherbourg qu’il termine en juillet 1969 comme spécialiste de l’asservissement des tourelles des bâtiments de guerre. Mais la mission Apollo-11 le fait changer d’orientation : il entre au LRBA où il rencontre un ancien de Peenemünde qui lui a confié son rapport sur le guidage du V2 qu’il avait réalisé en 1947 lors de son arrivée au LRBA. En 1970/83, il travaille à la DTEN de la DGA où il s’occupe des systèmes de guidage des missiles balistiques français. En 1983, il quitte la DGA pour entrer à la SEP qui s’occupe de propulsion. Là, il devient chef du département de la propriété industrielle et de l’intelligence économique. En 1997, il est nommé directeur de la communication de la SEP, puis de la Snecma. En 2001, il est directeur du Rayonnement international de Snecma. En 2005, il est directeur des affaires spatiales de Safran. En 2008, il prend sa retraite.
Il était membre de l’Académie internationale d’astronautique (IAA) en 1995, membre titulaire de l’Académie de l’air et de l’espace (AAE) en 1996, secrétaire général de l’Association aéronautique et astronautique de France (3AF) en 1995-1996, membre de l’AIAA en 2000, co-fondateur et vice-président de l’Institut Français d’Histoire de l’Espace (IFHE) en 1999, puis président en 2004-2007.
Il était chevalier de l’Ordre National du Mérite (décoration qui lui fut remise par l’ancien ministre Pierre Messmer le 12 décembre 1991) et officier des Palmes Académiques (décoration qui lui fut remise par la ministre Claudie Haigneré en novembre 2001).