L’HISTOIRE DES MISSILES A BOURGES

Après «  L’épopée Aérospatiale à Bourges » puis « Un siècle d’histoire de l’aéronautique à Bourges et dans le Cher », l’association PABB (Patrimoine aérospatial Bourges Berry) s’est lancée dans une nouvelle aventure " L’Histoire  des missiles à Bourges" de 1950 à 2010.

Ainsi, sont racontées et illustrées les grandes  productions du SS 11 à l’Aster en passant par l’Exocet, le Milan ou le Roland tout en relatant l’importance des trois Centres de Bourges qui sont Aéroport, Engins et Subdray.

Des aspects techniques significatifs et d’avant garde sont décrits, comme l’évolution des moyens de productions mécaniques ou spécifiques ainsi que le développement et la mise en œuvre de concepts performants comme les statoréacteurs ou des piles thermiques.

Et puis, est mise en avant l’importance des hommes, ingénieurs, techniciens et compagnons qui ont œuvrés à Nord-Aviation, SNIAS, Aérospatiale et MBDA, avec les témoignages de beaucoup d’entre eux.

Deux gros volumes largement illustrés sont proposés pour raconter ces 60 années dans les services études, production, qualité, commerciaux ou après-vente. Des anecdotes nombreuses, sur le tunnel de tir par exemple ou sur les missions lointaines en Irak ou aux Indes, etc.  sont également rapportées.

Les deux volumes de 320 pages format A4 chacun, seront vendus ensemble au prix exceptionnel de 50 euros les 2 (plus frais de port 10 euros).

Décès de

Jacques

VILLAIN le

15-9-2016

 

 

 

 

 

 

Né le 18 septembre 1947 à Coutances  (Manche), il entre à l’école technique de la Marine de Cherbourg qu’il termine en juillet 1969 comme spécialiste de l’asservissement des tourelles des bâtiments de guerre. Mais la mission Apollo-11 le fait changer d’orientation : il entre au LRBA où il rencontre un ancien de Peenemünde qui lui a confié son rapport sur le guidage du V2 qu’il avait réalisé en 1947 lors de son arrivée au LRBA. En 1970/83, il travaille à la DTEN de la DGA où il s’occupe des systèmes de guidage des missiles balistiques français. En 1983, il quitte la DGA pour entrer à la SEP qui s’occupe de propulsion. Là, il devient chef du département de la propriété industrielle et de l’intelligence économique. En 1997, il est nommé directeur de la communication de la SEP, puis de la Snecma. En 2001, il est directeur du Rayonnement international de Snecma. En 2005, il est directeur des affaires spatiales de Safran. En 2008, il prend sa retraite.
Il était membre de l’Académie internationale d’astronautique (IAA) en 1995, membre titulaire de l’Académie de l’air et de l’espace (AAE) en 1996, secrétaire général de l’Association aéronautique et astronautique de France (3AF) en 1995-1996, membre de l’AIAA en 2000, co-fondateur et vice-président de l’Institut Français d’Histoire de l’Espace (IFHE) en 1999, puis président en 2004-2007.
Il était chevalier de l’Ordre National du Mérite (décoration qui lui fut remise par l’ancien ministre Pierre Messmer le 12 décembre 1991) et officier des Palmes Académiques (décoration qui lui fut remise par la ministre Claudie Haigneré en novembre 2001).